Erik Larson - Lusitania 1915 : La dernière traversée

1er mai 1915. Le Lusitania, luxueux paquebot britannique, quitte New York pour rejoindre Liverpool. Quelque 2.000 passagers profitent des équipements modernes du « lévrier des mers ». Les eaux entourant l'Angleterre sont classées en zones de guerre, mais le capitaine du navire connaît les règles interdisant les attaques de bateaux civils. Dans son périmètre, à bord du sous-marin allemand U-20, le Kapitänleutnant Walther Schwieger a un objectif tout autre.

Erik Larson nous embarque dans l'atmosphère suffocante du sous-marin, éclairant d'une lumière inédite ce naufrage qui contribua à faire entrer les États-Unis dans la Première Guerre mondiale.

« Une reconstitution historique captivante. » Historia

 Américain, 2015, Poche 34490, 600 p.

Larson

Paula Hawkins - La fille du train

Entre la banlieue où elle habite et Londres, Rachel prend le train 2 fois par jour : à 8 h 04 le matin, à 17 h 56 le soir. Et chaque jour elle observe, lors d’un arrêt, une jolie maison en contrebas de la voie ferrée. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait. Heureux, comme Rachel et son mari ont pu l’être par le passé, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte. Jusqu’à ce matin où Rachel voit Jess dans son jardin avec un autre homme que Jason. La jeune femme aurait-elle une liaison ? Bouleversée de voir ainsi son couple modèle risquer de se désintégrer comme le sien, Rachel décide d’en savoir plus. Quelques jours plus tard, elle découvre avec stupeur la photo d’un visage désormais familier à la une des journaux : Jess a mysté-rieusement disparu…

« Un bijou de polar psychologique. » Le Figaro Magazine

 Anglaise, 2015, Pocket 16129, 445 p.

Hawkins 1

Alejandro Palomas - Une mère

Barcelone, le 31 décembre. Amalia est sur des charbons ardents avec dans les yeux tout le désir que cette soirée soit réussie. Après tant de tentatives ratées, ils seront tous là ce soir à sa table. Fernando, son fils, Silvia et Emma, ses deux filles, Olga, la compagne d'Emma, et l'oncle Eduardo. Un septième couvert est dressé, celui des absents. Chacun semble arriver avec beaucoup à dire, ou tout à cacher. Un dîner sans remous ? Impossible dans cette famille fantasque, imprévisible, exces-sive jusqu'à l'explosion. Entre excitation, tendresse et frictions, rien ne se déroulera comme prévu. Mais tous vont rire, pleurer et s'aimer quoi qu'il advienne.

« Hilarante parfois, émouvante toujours, l'histoire de cette famille cabos-sée est universelle. » Le Figaro Magazine

 Espagnol, 2014, Pocket 17022, 310 p.

Palomas 1

Diane Ackerman - La femme du gardien de zoo

Jan et Antonina Zabinski dirigent le zoo de Varsovie quand éclate la Seconde Guerre mondiale. La Pologne est envahie et bientôt règne la barbarie. Les animaux ont été tués sous les bombardements, envoyés à Berlin ou ont servi de gibier aux officiers allemands. Jan et Antonina se mettent alors à élever des porcs – officiellement pour les troupes, officieusement pour nourrir les habitants du ghetto. Surtout, ils profitent d’un réseau de souterrains reliant les cages pour y cacher des juifs et les faire quitter le pays… Grâce au courage de ce couple, 300 d’entre eux seront  sauvés. Inspiré du journal intime d’Antonina Zabinski, ce récit retrace le combat d’un couple soucieux de la cause animale qui s’engage dans une lutte secrète contre l’oppression nazie. Un très beau portrait de femme, où l’abnégation et la générosité côtoient la cruauté et l’horreur.

« Quel souffle ! Ackerman possède un talent rare, au service d'une histoire hors du commun. » The Washington Post

  Américaine, 2007, Points 4543, 350 p.

Ackerman

Morten A. Strøksnes - L'art de pêcher un requin géant à bord d'un canot pneumatique

Un soir, Hugo et son ami prennent une grande décision : ils vont capturer un requin du Groenland, qui peut mesurer jusqu'à 8 mètres et vivre plus de 200 ans. Au fil de trois séjours sur l'île de Skrova, dans le nord de la Norvège, où le narrateur rend visite à son ami peintre et pêcheur, le défi des deux hommes se mue en une quête quasi mystique : capturer ce requin, c'est d'abord approcher un spécimen d'une force hors du commun. C'est repousser ses limites physiques et prendre des risques réels, sur un canot pneumatique, en utilisant un hameçon au bout d'une ligne. C'est tenter de combattre les éléments qui se déchaînent lors d'une tempête, enrager lorsque la sortie en mer est rendue impossible par un moteur défaillant, supporter la frustration de ne jamais voir arriver l'animal au moment où l'on est prêt. Cette chronique de l'attente d'une pêche miraculeuse est aussi celle de l'amitié entre deux hommes envoûtés par la mer qui abrite tant de mystères et d'habitants à la fois fascinants et effrayants. En faisant coexister une étonnante érudition scientifique et un sens de l'humour renouvelé par l'absurdité de la situation, Morten A. Strøksnes livre ici une sorte de journal de voyage animé par un véritable suspense. Dans le sillage d'Herman Melville et de Jules Verne, quelque part entre le récit fantastique, les légendes nordiques, l'étude biologique et la rêverie, L’art de pêcher... nous invite à un périple singulier auprès de ces marins téméraires et un peu fous.

 Norvégien, 2015, folio 6473, 335 p.

Stroksnes

Lenka Hornáková-Civade - Giboulées de soleil

Dans un style ample et tendre et des dialogues presque naïfs, Lenka Hornáková-Civade relate dans ce premier roman l’histoire d’une lignée de femmes bâtardes en Tchécoslovaquie de 1930 à 1980. Elles s’ap-pellent Magdalena, Libuše et Eva et partagent le même destin : de mère en fille elles grandissent sans père. Mais de cette malédiction, elles vont faire une distinction. Chacune a sa façon, selon sa personnalité, ses rêves, ses lubies, son parler et l’époque qu’elle traverse. Malgré elles, leur vie est une saga : Magdalena connaîtra l’annexion nazie, Libuše les années "camarades" et Eva la fin de l’hégémonie soviétique. Sans cesse des imprévus surgissent, des décisions s’imposent, des inconnus s’invitent. À chaque fois, Magdalena, Libuše et Eva défient tête haute l’opinion, s’adaptent et font corps. Au fond, nous disent-elles, rien n’est irrémédiablement tragique, même les plus sombres moments.

Ces héroïnes magnifiques, Lenka Hornáková-Civade les magnifie encore par son écriture solide et douce, brodée, ourlée, chantante. Moqueuse aussi lorsque la kyrielle de personnages secondaires – paysans, apparatchiks, commères… le requiert.

Prix Renaudot des lycéens 2016

 Tchèque, 2016, folio 6452, 310 p.

Hornakova civade

Bernhard Schlink - La femme sur l'escalier

Quand le narrateur de ce roman – un grand avocat allemand âgé d’une soixantaine d’années – tombe par hasard sur un célèbre tableau montrant une femme nue sur un escalier, dans une galerie d’art à Sydney, il décide de ne pas prendre son vol de retour et de mener l'enquête. Est-ce pour essayer de comprendre comment ce tableau de l’illustre Karl Schwind a atterri en Australie ou pour tenter de retrouver la femme qui a servi de modèle au peintre ? Ou peut-être venir à bout d’un sentiment de remords qui le ronge depuis 35 ans, depuis sa rencontre avec Irène, femme de l’industriel Gundlach et maîtresse de Schwind. Son rôle d’avocat devait se limiter à régler le différend entre les deux hommes, mais c’était sans compter sur Irène, dont il tomba fou amoureux. Prêt à tout pour elle, il avait risqué sa carrière, avant de comprendre qu’Irène l’avait seulement utilisé pour s’enfuir… Quand la presse internationale révèle la présence du tableau à Sydney, Gundlach et Schwind se mettent eux aussi en quête de la vérité – et de la femme qui détient seule la clef du mystère…

La femme sur l’escalier nous parle avec force des interrogations qui traversent parfois nos existences, cette envie de savoir si elles auraient pu être différentes si... Ces "si" qui ne reçoivent que rarement des réponses.

 Allemand, 2014, folio 6456, 270 p.

Schlink

Stefan Brijs - Courrier des tranchées

Londres, 1914. Alors que l'Angleterre vient d'entrer en guerre, le gouvernement fait pression sur les citoyens : ceux qui s'engagent sont élevés au rang de héros, les autres sont des traîtres. John, 19 ans, refuse de s'enrôler, à l'inverse de son meilleur ami Martin, fervent patriote. Bercé par Keats et Thackeray, ce fils de facteur préfère se consacrer à la littérature, loin de la violence du conflit. Mais a-t-on vraiment le choix ?

Fresque d'une période où les notions de courage et de lâcheté paraissent soudain floues, Courrier des tranchées raconte le gouffre entre l'exaltation de la guerre et son effroyable réalité. En virtuose de la construction romanesque, Stefan Brijs donne chair à des personnages déchirants, portés par une intrigue ingénieuse qui surprendra le lecteur jusqu’à la dernière page.

 Belge, 2011, folio 6463, 555 p.

Brijs

Maria Semple - Aujourd'hui tout va changer

Eleanor Flood est une femme au bord de la crise de nerfs. Mais aujourd’hui tout va changer. Elle va prendre une douche et s’habiller. Elle va suivre ses cours de poésie et de yoga après avoir déposé son fils Timby à l’école. Elle ne va pas dire de gros mots. Mais… la vie en a décidé autrement. Parce qu’aujourd’hui Timby va faire semblant d’être malade pour passer la journée avec sa mère. C’est aussi aujourd’hui que Joe, son mari, a choisi d’annoncer à ses employés qu’il est en vacances, en omettant de prévenir sa femme. Juste au moment où Eleanor pense que les choses ne pourraient pas être pires, elle retrouve un vieux document familial qui va mettre sa vie, chaotique mais finalement assez parfaite, sens dessus dessous.

« Un livre hilarant qui témoigne d’un véritable génie de la satire chez son auteure. » Le Monde

 Américaine, 2016, 10/18 5366, 300 p.

Semple

Paolo Cognetti - Le garçon sauvage

L’auteur renoue avec la montagne, avec lui-même… et nous remet en mémoire les plus beaux textes littéraires sur la nature.

Le garçon sauvage commence sur un hiver particulier : Paolo Cognetti, 30 ans, étouffe dans sa vie milanaise et ne parvient plus à écrire. Pour retrouver de l’air, il part vivre un été dans le Val d’Aoste. Là, il parcourt les sommets, suspendu entre l’enfance et l’âge adulte, renouant avec la liberté et l’inspiration. Il plonge au cœur de la vie sauvage qui peuple encore la montagne, découvre l’isolement des sommets, avant d’enta-mer sa désalpe, réconcilié avec l’existence. Néanmoins, ce séjour initiatique ne parvient pas à l’affranchir totalement du genre humain : « Je pourrais me libérer de tout, sauf de la solitude. »

« Un texte profond, à l'écriture humble et ciselée, qui tient autant du chant d'amour pour la nature que du récit d'apprentissage. » Le Monde des Livres

 Italien, 2013, 10/18 5271, 130 p.

Cognetti

Azar Nafisi - La république de l'imagination

Avec légèreté et passion, Azar Nafisi associe ses souvenirs de lecture des grandes œuvres américaines à son itinéraire d’exilée qui, ayant dû quitter l’Iran, a choisi de devenir citoyenne des États-Unis, pays qu’elle a découvert grâce à ses romans. En relisant avec elle Huckleberry Finn ou Le cœur est un chasseur solitaire, le lecteur est amené à porter un regard neuf sur ces œuvres fondatrices. Très inspirée par l’écrivain James Baldwin, elle nous engage à lire partout, en toutes circonstances, à la rejoindre dans cette république de l’imagination, pays sans fron-tières ni restrictions, où le seul passeport requis est un esprit libre et le désir de rêver.

« Nous sommes tous citoyens de la république de l’imagination d’Azar Nafisi. Sans imagination, il n’y a pas de rêves. Sans rêves, il n’y a pas d’art. Sans art, il n’y a rien. Ses mots sont essentiels. » Marjane Satrapi

 Américano-Iranienne, 2014, 10/18 5318, 395 p.

Nafisi

Julian Barnes - Le fracas du temps

Dans la Russie de Staline, un trait de plume du tyran suffit à vous condamner à mort et à faire disparaître votre œuvre. Le jour où le jeune compositeur Dmitri Chostakovitch, au succès international, découvre dans la Pravda un article qui l’accuse de « déviationnisme élitiste et bourgeois », il comprend que sa famille et lui sont menacés. C’est le point de départ d’une existence tiraillée entre la crainte permanente du pouvoir, l’instinct de survie et la quête de liberté.

Julian Barnes explore en trois tableaux la vie et l’âme d’un grand créateur qui s’est débattu dans le chaos de son époque, tout en essayant de ne pas renoncer à son art.

Un récit subtil et poignant.

 Anglais, 2016, folio 6426, 240 p.

Barnes 1

Leïla Slimani - Chanson douce

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d'un cabinet d'avocats, le couple se met à la recherche d'une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l'affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu'au drame.

À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c'est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l'amour et de l'éducation, des rapports de domination et d'argent, des préjugés de classe ou de culture. Le style sec et tranchant de Leïla Slimani, où percent des éclats de poésie ténébreuse, instaure dès les premières pages un suspense envoûtant.

Prix Goncourt 2016

 Franco-marocaine, 2016, folio 6492, 235 p.

Slimani

Martin Millar - La déesse des marguerites et des boutons d’or

Athènes, 421 av. J.-C.

Cela fait des années que Sparte et Athènes se font la guerre. Dans les deux camps, le peuple n’aspire qu’à une seule chose : la paix. C’est d’ailleurs le titre de la prochaine pièce d’Aristophane, avec laquelle il compte bien remporter le premier prix aux prochaines Dionysies. Mais les répétitions sont catastrophiques, et le dramaturge court au désastre. Pourtant, beaucoup pensent, y compris parmi les dieux, que du succès de la pièce pourrait dépendre l’issue des négociations en cours entre les belligérants.

Martin Millar fait défiler, pour notre plus grand plaisir, personnages réels et fictifs, dieux, nymphes et autres amazones. Un mélange détonant, puissamment satirique.

 Ecossais, 2015, folio SF 603, 275 p.

Millar

Maria Dueñas - Soledad

Mexique, fin du XIXe siècle. Pugnace et brillant, le très charismatique Mauro Larrea a tout conquis à la force du poignet. Lui, le mineur de fond, est devenu un riche propriétaire, très courtisé par la grande bourgeoisie de la capitale. Mais des placements trop audacieux puis la guerre de Sécession aux États-Unis le ruinent. Pour se refaire, Mauro quitte son pays pour Cuba, l’île de tous les possibles, où des fortunes se font et se défont en un jour. À la suite d’un pari dément, il devient le maître d’une vaste propriété vinicole en Andalousie. Il n’a aucune idée de ce qu’est le vin de Jerez, ni de ce qu’il représente. Lui, ce qu’il veut, c’est vendre le domaine et rentrer chez lui les poches pleines. Quelle innocence ! Car à Jerez de la Frontera, Mauro rencontre la séduisante Soledad Montalvo. Compromise dans une sale affaire, elle lui demande de l’aide. Mais Soledad ment, cache des secrets, entraîne Mauro dans des jeux troubles. Pour la première fois de sa vie, ce mineur rompu à toutes les ruses, couturé par mille batailles, croise une femme qui a toujours plusieurs coups d’avance sur lui.

 Espagnole, 2015, Points 4805, 575 p.

Duenas

Hendrik Groen - Le journal intime d'Hendrik Groen, 83 ans ¼

« Vieux mais pas encore morts ! » Dans cette maison de retraite d’Amsterdam, la direction ne voit pas d’un bon œil l’initiative d’Hendrik Groen, 83 ans 1/4, et de ses amis. Leur idée ? Faire l’hospice buissonnier : au zoo, au casino, bref, sortir un peu du train-train infantilisant, prendre quelques bols d’air frais pour se sentir vivants. Entre rigolades, chamailleries, jalousies, Hendrik consigne jour après jour dans son journal intime les tribulations du club, les cuites d’Evert et la beauté d’Eefje. Pour retenir le bonheur. Et la mémoire, encore un peu.

« Caustique, terriblement drôle et absolument anonyme. » VSD

« La vieillesse, un naufrage ? Vous voulez rire ! » L'Express

Un grand mystère entoure toujours la véritable identité de l'auteur de ce best-seller international. S'agit-il d'un auteur néerlandais célèbre ? D'un bibliothécaire ?

 Néerlandais, 2014, Pocket 17203, 405 p.

Groen

Fawzia Zouari - Le corps de ma mère

Il aura fallu le déclenchement de la révolution du Jasmin, en Tunisie, pour que la narratrice se décide à écrire sur sa mère. Elle revient sur ce printemps 2007, quand, au chevet de sa maman malade, elle n'a qu'une envie : percer l'énigme de cette femme rétive aux confidences et à la tendresse. S'engage une enquête qui a tout de la chasse au trésor... où l'on apprend que la vie de Yamna était loin de ce qu'en imaginaient ses enfants.

« Fawzia Zouari nous livre un récit familial extraordinaire, shakespearien dans sa trame, son ampleur et son style, dont on ne sort pas indemne. Le lecteur en est averti, le vertige le saisira dès les premières pages, il ne pourra échapper au désir, plein de risques, de tourner son regard sur lui-même et de s'interroger sur l’histoire de sa propre famille. Il lira le récit de Fawzia Zouari autant qu’il fouillera en lui, et de cette mise en parallèle sourdra un irrépressible malaise. » Boualem Sansal

Prix des Cinq continents de la Francophonie 2016

 Tunisienne, 2016, folio 6509, 305 p.p.

Zouari

Ragnar Jónasson - Mörk

À Siglufjördur, dans l’obscurité totale de la nuit polaire, l’inspecteur Herjólfur est assassiné alors qu’il enquêtait aux abords d’une vieille maison abandonnée. Son jeune collègue Ari Thór mène l’enquête dans leur petite communauté apparemment sans histoires. Ses illusions vont se dissiper une à une. Dans ce village du bout du monde, chacun n’aurait-il pas une bonne raison de semer le chaos ? Pour reconstituer le puzzle, il faudra aussi écouter cette voix qui murmure, cloîtrée dans un hôpital psychiatrique, et qui détient peut-être la clef de l’énigme.

Ragnar Jónasson est avocat et traducteur des romans d’Agatha Christie. Mörk a été élu Meilleur Polar de l’année 2016 par le Sunday Express et le Daily Express. Snjór, a été sélectionné pour le Prix du meilleur polar des lecteurs de Points en 2017.

« L’Islande confirme son talent de fabrique de polars et a peut-être trouvé son nouveau Indridason. » Les Échos

 Islandais, 2014, Points/Policier 4757, 275 p.

Jonasson

Olivier Guez - La disparition de Josef Mengele

1949 : Josef Mengele débarque à Buenos Aires. Caché sous divers pseudonymes, l'ancien médecin tortionnaire à Auschwitz croit pouvoir s'inventer une nouvelle vie. L'Argentine de Perón est bienveillante, le monde entier veut oublier les crimes nazis. Mais la traque reprend et il doit s'enfuir au Paraguay puis au Brésil. Son errance ne connaîtra plus de répit... jusqu'à sa mort mystérieuse sur une plage en 1979. Comment le médecin SS a-t-il pu passer entre les mailles du filet 30 années durant ? Une plongée inouïe au cœur des ténèbres : voici l'odyssée dantesque de Josef Mengele en Amérique du Sud. Le roman-vrai de sa cavale après-guerre.

« D’une écriture vive, aux confins du journalisme et de la littérature, Olivier Guez achève ce que la communauté internationale a échoué à faire : traquer Josef Mengele jusqu’à son dernier souffle. » Transfuge

Prix Renaudot 2017

 Français, 2017, Poche (22/08/2018), 250 p.

Guez

Jean Hegland - Dans la forêt

Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, 17 et 18 ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours présentes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, remplie d’inépuisables richesses.

Considéré comme un véritable choc littéraire aux États-Unis, ce roman d’apprentissage sensuel et puissant met en scène deux jeunes femmes qui entraînent le lecteur vers une vie nouvelle.

 Américaine, 1996, Gallmeister 106, 300 p.

Hegland